Légende du Couteau de Paix


Voici la légende du Couteau « Le Najac »,
« Couteau de Paix », et de Peyrot Vidal…


Peyrot Vidal dit de Najac, fut troubadour au début du XIIIème siècle.
On le disait natif de Mirepoix et la légende raconte qu’il finit sa vie aux confins des terres Cathares, près de la forteresse royale de Najac. C’était à quelques lieues de l’antique Uxellodunum (*) où il prêta main forte à Bertrand de la Vacalerie qui construisait des machines de guerre pour soutenir les assiégés de Montségur.
Voyageant de par les chemins d’Occitanie, il était aussi forgeron de lames et de forces, et habile de ses mains.
Proche des Albigeois, il ne put obtenir le consolament (*): En effet, il prisait fort la bonne chère et le bon vin, autant que gentes dames et damoiselles.
Allié des pauvres et des faibles, protégé du Compte de Toulouse, il fut contraint de fuir en Catalogne sous les atrocités des croisés de Simon de Montfort qui semaient tortures et mort au nom de Dieu.
Pour échapper au bûcher il abjura son art et promit de ne plus colporter ses poèmes et chants. Serment qu’il ne tint pas.
L’interdiction étant faite aux gueux de porter lame aigue, il décida d’en forger une :
« un cotel que ne tues pas o descopa quatro dès de la man que pico », « un couteau qui point ne tue, ou tranche quatre doigts de la main qui frappe ».
Ainsi, ce fut en faydit et s’inspirant probablement des lames par delà les Pyrénées, qu’il conçut son couteau pliant à manche de bois d’Occitanie ou de corne.

Ce couteau possède une lame élégante et singulière, dont l’extrémité présente une rondeur. Ceci en fait un couteau qui ne se plante pas et c’est pour cela qu’il pu le porter et, semble-t-il, le commercialiser de façon quelque peu confidentielle et au gré de ses pérégrinations.

Il fut nommé à ce titre « Cotel de Patz » ou Couteau de Paix.
En souvenir de son ami forgeron du lieu, il nomma ce couteau « Le Najac ».

 
(*) Dernier village gaulois pris pas les Romains.
(**) Baptême ultime des Cathares, qui faisait d’eux des « Parfaîts »


Précision...........

Le Najac est une création de Régis Najac

(il ne s’agit pas d’un pseudonyme, mais bien d’un patronyme )
toutefois, c’est un couteau « de légende ».....

Les légendes ont toutes un point de départ.....

Les débuts....

Mes trois premières créations....
Un pliant médiéval et deux pliants en cerf et en ivoire,
( il en existe un deuxième en ivoire dans un musée vers Sête) ainsi que les tout premiers "Le Najac".
Hors commerce.